Recherche appliquée

Les impacts sur la biologie marine sont mesurés à partir d’un état initial et d’un suivi tout au long de la vie du site. Ces éléments font l’objet d’une expertise scientifique par l’IFREMER, afin de déterminer les enjeux au cas par cas, ce qui peut engendrer une adaptation de l’exploitation et du suivi environnemental. Les impacts sont donc connus et maitrisés.

Le Groupement d’intérêt scientifique GIS SIEGMA sur le « Suivi des impacts de l’extraction des granulats marins » a mené, de 2006 à 2011, une étude de grande ampleur en Normandie, qui a rassemblé scientifiques, pêcheurs, industriels, collectivités territoriales et l'État. Pendant cinq ans, les participants ont observé et quantifié les impacts biologiques et physiques de l’extraction sur deux sites expérimentaux (l’un au large de Dieppe, en exploitation depuis 1980 ; l’autre en Baie de Seine, exploité depuis 2007) dans le but de proposer un modèle d’exploitation « le plus attentif possible à l’environnement et respectant au mieux les différents utilisateurs du milieu marin ».


Les résultats montrent qu’en termes d’espèces de poissons, l’impact de l’activité est indirect, localisé, limité et temporaire. L’étude révèle même que, dans un premier temps, les navires extracteurs sont souvent suivis de près par des bateaux de pêche car, en libérant avec le trop-plein d’eau la faune benthique aspirée, ils attirent dans leur sillon de nombreuses espèces, comme les soles notamment. Pour les poissons plus vifs que les soles, les chercheurs ont montré que leur tendance à fuir était d’autant plus marquée que l’intensité de l’extraction était importante. Mais quelles que soient les conditions d’extraction, ils reviennent, une fois l’exploitation terminée, en même temps que la faune benthique, qui recolonise la zone exploitée en quelques années, sans perte de diversité significative.


Ces résultats corroborent ceux des études menées en mer du Nord par le Conseil international pour l’exploration de la mer (CIEM), qui participe aux évaluations menées par la Commission européenne et par la Convention OSPAR, qui eux aussi révèlent que, en dehors des zones de frayères et de nourriceries (interdites à l’exploitation), l’impact sur les stocks de poissons est faible.

 

© Copyright 2019. Cox digital

Crédits| Mentions légales| Plan du site





Retour à la recherche

Dupont Recyclage and Co


DÉTENTEUR DES AUTORISATIONS : S.N.C Graves de Mer

NAVIRES

Type :
Type :

CONTACT :

Un conctact

AUTORISATIONS

HISTORIQUE DES VOLUMES EXTRAITS :

Un conctact

NATURE DE MATÉRIAUX

AUTORISATIONS D’EXPLOITER

DATES